Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Les races ovines en conservation

IMPORTANT

Les Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées forment une seule Région depuis le 1er janvier 2016. L’harmonisation des politiques régionales est en cours. Pendant cette période transitoire, les dispositifs ci-dessous concernent les seuls départements de l’ancienne région Midi-Pyrénées.

Retrouvez la nouvelle Région Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée sur www.regionLRMP.fr

La brebis Montagne Noire

Une race à redécouvrir.

Origine et historique

Cette race native des contreforts du Massif Central est devenue peu à peu Pyrénéenne. La pratique de l’engraissement d’animaux maigres issus des troupeaux du Haut Couseran, de la Haute Ariège, du Lauragais et de la Montagne Noire, développé sur la plaine et le piémont Ariégeois, est décrit par CHEVALIER (1956). Cette activité explique la « migration » de cette race : les animaux achetés à l’extérieur ont été peu à peu conservés, croisés ou pas avec des races locales (Tarasconnaises, Castillonnaises), pour constituer progressivement une population localisée surtout sur le département de l’Ariège avec quelques débordements sur le Gers et la Haute Garonne. La race Montagne Noire a progressivement disparu de son berceau d’origine pour n’être plus présente que dans ces départements.

Les troupeaux de Montagne Noire se rencontrent dans la région de Pamiers – Mirepoix – Saverdun et dans les vallées de la Lèze et l’Arize. GAYRAUD (1938) remarque que ces ovins se caractérisent par leur rusticité et une précocité assez marquée, qu’ils sont moins exigeants que les Lauragais, qu’ils s’entretiennent davantage au pâturage et qu’ils sont plus recherchés par la boucherie. Dans la plaine de Pamiers et Saverdun le métissage Lauragais - Montagne Noire est couramment pratiqué. A l’inverse, les troupeaux de la Lèze et de l’Arize élèvent la Montagne Noire en race pure pour la production d’agneaux de lait. Cet auteur note aussi que les éleveurs de Tarasconnaises utilisent des béliers Montagne Noire pour l’obtention d’agneaux de boucherie.

Evolution et Situation actuelle

A partir du recensement des troupeaux Montagne Noire effectués en 2003-2004, on peut considérer que 90% du cheptel de cette race est maintenant connu. Les effectifs actuels dépassent 2 000 brebis dans 27 élevages, souvent en coexistence avec d’autres races ovines locales.

Description

Tête La tête parfois fine est en général moyenne, un peu triangulaire. Le chanfrein est droit ou légèrement busqué, les orbites sont saillantes. La couleur de la tête est mouchetée de taches foncées (souvent marrons parfois noires)
Oreilles Les oreilles sont assez courtes et portées un peu au dessus de l’horizontale.
Cornes Il n’y a pas de corne.
Muqueuses Les muqueuses du nez sont pigmentées.
Encolure Le dos est soutenu et court. Le rein est large et plat. Les épaules sont bien développées, le gigot arrondi et bien descendu. Les membres sont courts et fins. Le cou est court. La queue est fine et descend jusqu’au jarret.
Membres Les membres sont parfois uniformément colorés, allant du crème au roux.
Laine La toison est très peu développée. Elle ne couvre que le dessus du dos, des épaules et des reins, laissant à découvert tête et nuque, membres, ventre et une bonne partie des flancs. Certains animaux ne portent qu’une petite « selle » de laine sur le dos et quelques flocons au garrot. Les mèches sont courtes, serrées et sans poil.
Toison Quand les animaux sont tondus, la toison pèse en moyenne moins de 400 grammes.
Poids Le poids des femelles varie de 50 à 60 kg, celui des mâles de 70 à 80 kg.
Taille La brebis est de petite taille et présente une silhouette assez ramassée et une conformation remarquable.

Aptitudes

Cette brebis est à la fois rustique avec une bonne conformation, nettement supérieure à celle ces autres races Pyrénéennes. Elle exprime une valeur laitière remarquable due à son ascendance Lacaune.
Les agneaux ont la faculté de s’engraisser très rapidement quand ils sont en bonne condition d’élevage.

Par contre, les brebis Montagne Noire ne transhument pas.
Actuellement, les béliers de la race Montagne Noire sont souvent utilisés en croisement terminal pour améliorer les produits de la brebis Tarasconnaise.

Le travail de sélection à entreprendre sur cette race nouvellement intégrée à l’UPRA ovine des Pyrénées-Centrales permettra de conforter cette aptitude bouchère, soit en croisement terminal, soit en race pure, dont les produits sont bien valorisés en circuits courts.

Actions de sauvegarde

Les premiers travaux effectués en 2004 par la Chambre d’Agriculture de l’Ariège, en partenariat avec l’UPRA Ovine des Pyrénées Centrales avec l’appui du Conservatoire du Patrimoine Biologique Régional de Midi-Pyrénées, ont permis d’effectuer un état des lieux et de proposer un plan de sauvegarde.

En 2005, l’UPRA Ovine des Pyrénées Centrales a décidé d’intégrer cette race au sein de sa structure. Un rassemblement de béliers en Ariège a permis d’affiner la description du standard réalisé par ROSSET en 1995.

En 2006, après la reconnaissance officielle de la race par les instances compétentes, les pistes de travail à mettre en œuvre sont, d’une part le démarrage des enregistrements dans les élevages (carnets d’agnelage, déclarations de luttes et de mises bas) et des pesées (pour quelques éleveurs), et d’autre part le typage des béliers existants pour la résistance à la tremblante. L’agrément officiel de la race devrait aussi permettre d’envisager l’accès aux aides prévues dans le cadre du dispositif « Protection des Races Menacées » du nouveau programme européen.

Chaque année, plusieurs jeunes mâles entrent en pépinière pour évaluer leur potentiel et servir de base à une diffusion du standard de la race.

Partenaires et contacts

Unité Pyrénéenne des Races Allaitantes UPRA
Francis TALAZAC 28, rue des Pyrénées
31210 Montréjeau
Tél. : 05.61.95.68.44
upra-ovine-pyrenees@wanadoo.fr

Chambre d’Agriculture de l’Ariège
5, rue Trinqué 09200 SAINT-GIRONS
Tél. : 05.61.66.10.24