Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Le canal du Midi

IMPORTANT

Les Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées forment une seule Région depuis le 1er janvier 2016. L’harmonisation des politiques régionales est en cours. Pendant cette période transitoire, les dispositifs ci-dessous concernent les seuls départements de l’ancienne région Midi-Pyrénées.

Retrouvez la nouvelle Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée sur www.laregion.fr

Le canal du Midi

Ces 240 kilomètres de voie navigable reliant Toulouse à la Méditerranée sont classées au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1996. C’est le plus bel hommage rendu au travail de toute une vie, celle de Pierre-Paul Riquet qui décide, en 1662, de révolutionner le transport des marchandises entre l’océan et la mer. Là où François 1er et Richelieu se sont découragés, il va mener le projet à bien. Il persuade Colbert et donc Louis XIV de l’intérêt de cet ouvrage.

Pendant 14 ans, 12 000 ouvriers, femmes et enfants compris, vont creuser à la pelle et à la pioche entre Toulouse et Sète. Toutes les difficultés sont surmontées. Des tunnels sont forés dans la montagne, des écluses sont construites. Riquet a l’idée de génie d’alimenter le canal grâce aux petits ruisseaux de la Montagne Noire.

L’eau est stockée dans le lac de Saint-Ferréol, le plus grand lac artificiel jamais conçu à cette époque. Mais ruiné et épuisé, Pierre-Paul Riquet meurt six mois avant l’inauguration du « Canal Royal de Languedoc ». Son actuel nom de canal du Midi lui sera donné sous la Révolution.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les bateaux devaient emprunter la Garonne entre Toulouse et Bordeaux pour atteindre l’océan. Mais cette navigation s’effectuait au prix de nombreuses difficultés. En 1856, les 193 kilomètres du Canal latéral à la Garonne, aujourd’hui dénommé Canal de Garonne, sont achevés. Entre Méditerranée et Atlantique coule ainsi sans interruption le « canal des Deux-Mers ».

Concurrencé par la route et le train, le canal du Midi n’accueille plus aujourd’hui de trafic commercial. Il permet d’irriguer les terres du Lauragais, et il garantit surtout aux plaisanciers la plus belle croisière d’eau douce en Europe.