Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Les équins en conservation

IMPORTANT

Les Régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées forment une seule Région depuis le 1er janvier 2016. L’harmonisation des politiques régionales est en cours. Pendant cette période transitoire, les dispositifs ci-dessous concernent les seuls départements de l’ancienne région Midi-Pyrénées.

Retrouvez la nouvelle Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée sur www.laregion.fr

Le cheval Castillonnais

Ce serviteur, bien adapté à la vie des montagnes est caractérisé par sa remarquable adresse, son excellente santé, sa noblesse et son ardeur au travail.

Origine et Historique

Comme toutes les populations chevalines pyrénéennes (Pottok, Anglo-Arabe, Landais …), le cheval Castillonnais est issu de hardes sauvages très anciennes, dont les grottes ariégeoises recèlent force présentations peintes ou sculptées.

Il a été, au cours des âges, imprégné de sang oriental et surtout ibérique, ce qui se lit encore de nos jours dans son expression si particulière. Les couserannais qui se souviennent parlent, émus, en patois, de la « montanole, uo bestio pla poulido ». Des chroniqueurs historiques affirment que François 1er montait un cheval du Biros « vallée de Castillon » à la bataille de Pavie (APACC, 1995)

Son berceau d’origine se situe dans le canton de Castillon en Couserans (Ariège). Il se trouve donc situé entre le berceau du cheval Tarbais (légère gloire des régiments de Hussards) à l’Ouest, et celui du rustique petit cheval de Mérens de la vallée de l’Ariège à l’Est. Le cheval Castillonnais s’inspire en fait de ces deux races.

Evolution et Situation actuelle

Très fortement menacé par des croisements d’absorption par des races lourdes, par la dépopulation de son berceau d’origine, ainsi que par la perte de débouchés traditionnels (armée, agriculture, transports), ce petit cheval méritant aurait achevé son agonie sans l’intervention en urgence d’un petit groupe d’amis, dans les années 80.

Dès 1982, les premiers certificats d’origine portant la mention « Trait Ariégeois de Castillon » furent édités. Les poulinières correspondant au type furent enregistrées et 2 étalons « Fier Zorro » puis « Jour du Breilh » furent admis à la monte publique. Hélas … la gestion informatisée des chevaux de race lourde a éliminé automatiquement cette dénomination. Pendant les années qui suivirent, les juments généralement livrées à l’étalon de trait ou à l’étalon Mérens virent leurs produits mâles sacrifiés et, par chance, leurs filles étaient souvent conservées pour l’élevage. Celles qui affichent une robe noire sont souvent inscrites à titre initial au Stud-book Mérens.

En 1996, la race est reconnue officiellement, comme cheval de sang par le Ministère de l’Agriculture. En 2008, le cheptel s’éleve à 400 chevaux environ.

Taille 1m45 à 1m55.
Poids 500 kg.
Robe Noir pangaré, le tissu est de qualité, fin soyeux. Il peut exister des variantes saisonnières dans les nuances.
Particularités marques de feu aux flancs et nez de renard.
Encolure moyenne bien orientée, une attache de tête légère.
Poitrail bien ouvert et profond.
Dos large et bien soutenu.
Membres bien trempés et musclés.
Pieds larges, corne noire et dure.

Aptitudes

Le petit cheval de Castillon, appelé « cheval de Biros » ou « St Gironnais », est aujourd’hui parfaitement adapté à l’équitation de loisirs sous toutes ses formes. Il n’oublie pas pour autant sa vocation ancienne de cheval militaire, de diligence ou encore cheval de paysan. Aucune difficulté ne le décourage, ni les sentiers escarpés, ni les intempéries ne l’effraient, c’est d’ailleurs un plaisir que de découvrir son berceau d’origine, à cheval sur son dos en toute sécurité.

Actions de sauvegarde

Un recensement de la jumenterie effectué en 1991 à l’initiative du Haras National de Tarbes en partenariat avec le Conservatoire du Patrimoine Biologique Régional de Midi-Pyrénées a permis de repérer une trentaine d’animaux.

  • Soucieuse du devenir de cette race, l’Association Pyrénéenne Ariégeoise du Cheval Castillonnais créée en avril 1992 a mis en place une action visant à :
  • Gérer la variabilité génétique des quelques 50 juments et étalons que comptent la population.
  • Aider à la conservation des jeunes mâles. Encourager la production en race pure.

Depuis 1992, un marché concours a lieu chaque année à la fin du mois d’août. Les meilleurs reproducteurs y sont classés, comparés, primés et leurs produits identifiés selon l’exigence du Livre Généalogique agréé par les Haras Nationaux.

A partir de 1993, des étalons ont été admis à la monte publique : ils sont 5 aujourd’hui, dotés de carnets de monte et les généalogies de leurs produits sont enregistrées par le biais de Certificats d’inscription au stud-book délivrés par l’Association.

Désormais , en 2009 ,la race équine Castillonnaise compte environ 400 animaux , dont plus d’une centaine de poulinières. De très bons résultats , au niveau national , sont obtenus en compétition (concours complet, attelage). Il fait le bonheur de nombreux cavaliers d’extérieur et rend à nouveau d’immenses services en petite traction agricole et pour le portage en montagne.

Partenaires et Contacts

Association Nationale du Cheval Castillonnais d’Ariège Pyrénées (ANCCAP)
La Bayche - 09600 DUN
Tél : 05 61 69 01 99
Mail : contact@chevaldecastillon.com

Haras National de Tarbes
70 rue du régiment de Bigorre – BP 1313 – 65013 Tarbes Cedex
Tél : 05 62 56 31 01